Violence et femmes autochtones: Un rapport bâclé? (PC)

La Presse Canadienne lundi 12 décembre 2011 à 20H52

OTTAWA - Le nouveau rapport d'un comité de la Chambre des communes, dont l'objectif était de s'attaquer au problème de la violence faite aux femmes autochtones, fait fi du témoignage de la plupart des femmes qui ont été consultées, accusent des députés du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Les membres de ce comité parlementaire ont entendu le témoignage de 150 personnes un peu partout à travers le pays.

Des centaines de pages de témoignages soulignent à grands traits le rôle joué par la pauvreté dans le problème la violence subie par des femmes autochtones, a souligné la néo-démocrate et membre du comité, Mylène Freeman, critiquant du même coup le fait qu'aucune recommandation concrète n'a été faite à ce sujet dans le document.

Les conservateurs soutiennent avoir versé 10 millions $ sur deux ans au ministère de la Justice dans une tentative d'aider les forces policières à mieux répondre aux affaires impliquant des femmes autochtones.

Des députés de l'opposition officielle déplorent par contre que le rapport énumère simplement ce qui a déjà été fait sur le sujet, tandis que les recommandations pour l'avenir sont plutôt minces.

Michelle Bakos, la porte-parole de la ministre responsable du statut de la femme, Rona Ambrose, a déclaré que l'élargissement de programmes ciblés de lutte contre la violence était une mesure beaucoup plus concrète que toutes les recommandations que pourraient formuler un comité parlementaire.

Du côté du NPD, on avance toutefois que le rapport ne fait que mettre en lumière l'insistance démontrée par les conservateurs pour avoir des résultats plutôt que des discussions. La porte-parole du parti en matière de condition féminine, Françoise Boivin, soutient qu'il faudrait d'abord élaborer des recommandations pour ensuite avoir des résultats.

Mme Freeman a quant à elle souligné que le nouveau document tranchait avec celui qui avait été déposé par le comité en mars, affirmant que ce précédent rapport avait brossé un portrait plus juste de la situation des autochtones.

Plus d'une femme autochtone sur dix a été victime d'un crime violent en 2009, selon des données de Statistique Canada. Et plus de 150 d'entre elles ont été tuées entre les années 2000 et 2008.

Le rapport, qui fait 78 pages, recommande notamment d'accorder davantage de ressources aux proches de femmes autochtones ayant disparu, et d'améliorer les formations reçues par les policiers et les travailleurs sociaux qui sont liés à ces femmes.