SÉCURITÉ DU TRANSPORT FERROVIAIRE DANS L’EST: LES ÉLUES FÉDÉRALES RÉCLAMENT DAVANTAGE

Montréal — À la suite de la catastrophe survenue à Lac-Mégantic, plusieurs citoyens de l’Est métropolitain ont interpellé leurs députées fédérales au sujet de la sécurité ferroviaire. Les députées néodémocrates Ève Péclet (La Pointe-de-l’Île), Paulina Ayala (Honoré-Mercier) et Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga) affirment avoir reçu plusieurs appels et courriels de citoyens demandant à ce que les règles soient renforcées en matière de transport ferroviaire. Cette préoccupation n’est pas étrangère au fait que certaines voies ferrées sont utilisées par l’industrie pétrochimique dans l’est de la métropole.

Tant sur le plan de la sécurité du transport des matières dangereuses que du transport ferroviaire en général, plusieurs citoyens manifestent le désir que le gouvernement en fasse davantage. « Plutôt que de resserrer les règles et de veiller au respect de celles-ci, les conservateurs ont préféré procéder à une importante déréglementation du transport ferroviaire ces dernières années », estime Marjolaine Boutin-Sweet. Ève Péclet en rajoute en affirmant que, « en 2006, un rapport interne de Transport Canada recommandait pourtant au gouvernement que des mesures précises soient mises de l’avant afin de rendre le transport des matières dangereuses plus sécuritaire. » Rien ne permet de croire que ces recommandations ont été mises en place.

Pour sa part, Paulina Ayala s’explique mal que les conservateurs aient, dans leur dernier budget, réduit de plus de 3 millions de dollars l’enveloppe consacrée à la sécurité ferroviaire. « Selon le Rapport sur les plans et les priorités déposé par le ministre Lebel, le nombre d’employés attitré à la sécurité des chemins de fer a été revu à la baisse dans le budget du gouvernement », ajoute-t-elle.

Les trois élues de l’est de Montréal croient qu’il est essentiel de veiller à l’application de règles plus strictes en matière de transport ferroviaire, rappelant du même coup que le rôle du gouvernement est bien de protéger la population.

– 30 –