Rentrée parlementaire - Hiver 2013

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve, page 5 |Par Marjolaine Boutin-Sweet

En ce début d’année 2013, je tiens personnellement à vous souhaiter santé et bonheur. Politiquement, je nous souhaite collectivement un gouvernement fédéral plus à l’écoute des besoins de nos concitoyennes et concitoyens.

C’est avec fierté que je souhaite également vous partager une bonne nouvelle. En effet, mon chef, Thomas Mulcair, m’a demandé de siéger à nouveau au comité permanent du Patrimoine. En tant qu’archéologue et ancienne guide-animateur à Pointe-à-Callière, le musée d'archéologie et d'histoire de Montréal, je suis touchée par cette marque de confiance. Sur ce comité, je porterai une attention particulière au financement des musées ainsi qu’à la préservation des activités de recherche qui s’y déroulent. Plus près d’ici, j’espère bien promouvoir les musées d’Hochelaga, dont le musée du Château Dufresne et le iMusée, le musée de l'informatique du PEC.

Sur la scène fédérale, il faudra surveiller cet hiver plusieurs mobilisations ainsi que deux projets de loi déposés par des collègues néo-démocrates. D’abord, le projet de loi C-400 de Marie-Claude Morin(St-Hyacinthe—Bagot), réclamant l’élaboration d’une stratégie pancanadienne sur le logement. C’est une vraie honte que le Canada soit le seul pays du G8 à ne pas avoir développé une telle stratégie, d'autant plus que le rapporteur spécial de l’ONU a blâmé le gouvernement après une visite en 2007. Un autre projet de loi néo-démocrate qui saura certainement vous intéresser, est celui de ma collègue Alexandrine Latendresse (Louis-Saint-Laurent) portant sur l’obligation du bilinguisme pour certains agents clés du Parlement, dont le Vérificateur général.

Après le printemps érable, c’est au tour du gouvernement conservateur de goûter à la colère de la population. En effet, deux mouvements importants seront à surveiller cet hiver.

Il ne faut pas réveiller l’ours qui dort. Le gouvernement de Stephen Harper aurait peut-être dû écouter ce proverbe autochtone avant de saccager brutalement la Loi sur les Indiens, tout en laissant plusieurs communautés dans des conditions similaires à celle des pays du tiers monde. C’est dans ce contexte que le mouvement Idle no more prend de plus en plus d’expansion aux quatre coins du pays. Bien qu’il soit d'origine autochtone, ce mouvement met en lumière les conséquences négatives des budgets mammouths des conservateurs qui affectent toute la population canadienne, notamment dans le domaine environnemental, durement éprouvé suite aux coupures majeures et à la réduction du nombre de lacs et rivières protégés.

Un autre dossier à surveiller attentivement concerne la désastreuse réforme de l’assurance-emploi du gouvernement Harper. Des travailleurs et travailleuses de partout au pays se mobilisent présentement afin de voir leurs droits respectés. La réforme réduira encore davantage l’accès à l’assurance-emploi, pourtant financé uniquement par les employeurs, les travailleurs et travailleuses. J’ai d’ailleurs participé cet automne à une grande manifestation à Thetford Mines dans le comté du ministre Christian Paradis et je suis intervenue à la Chambre des communes à ce sujet. Je vous invite à surveiller attentivement les mobilisations qui s’organiseront assurément dans la grande région de Montréal au cours des prochains mois.