RAPPEL DES FAITS PAR LE NPD : Hausser les cotisations d’assurance-emploi nous tire vers le bas

La décision récente de Jim Flaherty de couper de moitié la hausse prévue des cotisations d’assurance-emploi n’est qu’un petit pas dans la bonne direction. Les conservateurs constatent  un problème de revenus à long terme, alors que le NPD constate une urgente crise du marché canadien de l’emploi.

Augmenter les impôts des travailleurs et des entreprises alors que la situation économique est incertaine s’est toujours avéré une mauvaise décision, comme l’ont souligné les membres de l’équipe du NPD à plusieurs reprises à la Chambre des communes : 

"Je leur rappelle que tous les économistes, tous les étudiants en économie, tous ceux qui comprennent la responsabilité financière savent que ce sont les cotisations sociales et l'impôt sur le revenu qui minent notre société. Il est inacceptable que les gens qui travaillent fort aient à assumer ces taxes exorbitantes alors que les sociétés multinationales bénéficient encore de réductions d'impôts."
– Peter Stoffer, 7 octobre 2011, Hansard

"M. Jasbir Sandhu: Monsieur le Président, depuis des années maintenant, les grandes entreprises bénéficient de largesses considérables au détriment des petites entreprises, qui subiront l'année prochaine une augmentation des cotisations sociales. Je suis heureux que la députée ait soulevé la question, parce que c'est ce que préconisent les conservateurs. Ils croient qu'il est préférable de retirer de l'argent aux petites entreprises et aux familles, de les imposer, et de donner ces sommes à leurs amis. Franchement, ce n'est pas juste."
– Jasbir Sandhu, 17 octobre 2011, Hansard

"Monsieur le Président, les conservateurs peuvent dire ce qu'ils veulent, mais une hausse d'impôt néfaste pour l'emploi est tout de même une hausse d'impôt, même si elle est un peu plus modeste.

Les conservateurs et leurs amis du Parti libéral ont privé les travailleurs canadiens de plus de 57 milliards de dollars de la caisse d'assurance-emploi. Leurs priorités sont détraquées. Ils ont choisi de donner des milliards de dollars aux grandes sociétés tout en haussant les cotisations sociales des entreprises.

La reprise stagne et j'aimerais savoir combien d'autres pertes d'emploi sont acceptables aux yeux du gouvernement: 10 000, 20 000, 60 000?"

– Yvon Godin, 30 septembre 2010, Hansard.

"Monsieur le Président, le premier ministre ne comprend pas. La taxe harmonisée est injuste et il s'agit d'une augmentation de 8 p. 100 qui est trop coûteuse. On peut en dire autant de l'augmentation des cotisations à l'assurance-emploi, pourtant, il prévoit hausser ces cotisations de 15 milliards de dollars, ce qui signifie que les employeurs devront payer 884 $ de plus par année pour chaque employé et que les travailleurs devront débourser 632 $ de plus par année. Il ne veut pas appeler cela une augmentation d'impôt, mais c'en est une.

L'économiste Dale Orr dit qu'il faut appeler un chat un chat. Pourquoi le premier ministre veut-il dissuader les employeurs d'embaucher des Canadiens pendant une récession en parlant d'augmenter les charges sociales?"
– Jack Layton, 6 octobre 2009, Hansard

Stephen Harper et Jim Flaherty feront-ils preuve de bon sens et annuleront-ils la hausse des cotisations à l’assurance-emploi ?

Ou les conservateurs déconnectés de la réalité continueront-ils à se mettre la tête dans le sable, sans rien faire pour contrer la crise sur le marché du travail?