Question posée le 30 janvier 2012, au sujet de la fermeture de l'usine Mabe et des pertes d'emploi dans l'Est de Montréal

Mme Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga, NPD): Monsieur le Président, la situation est tout aussi catastrophique à Montréal, alors que le fabricant d'électroménagers Mabe Canada a annoncé la fermeture de son usine. Résultat: ce sont 700 emplois de qualité qui viennent de disparaître. Le jour même de cette triste annonce, le premier ministre était à Davos pour vanter la force de l'économie canadienne.

Cette même région a été touchée par la fermeture de la raffinerie Shell il y a quelques années. Si le premier ministre trouve que la situation économique de l'Est de Montréal est si réjouissante, au lieu d'aller à Davos, pourquoi ne pas venir à Hochelaga expliquer ça aux employés de Mabe Canada qui viennent d'être congédiés? 

 

L'hon. Christian Paradis (ministre de l'Industrie et ministre d'État (Agriculture), PCC): Monsieur le Président, c'est assez incroyable. Je parlais du Plan d'action économique, dans lequel il y a eu des sommes importantes pour accroître l'innovation partout au Canada. Quand on parle de Montréal, le NPD déplore la fermeture de la raffinerie Shell, alors même qu'il s'oppose à l'exploitation des ressources énergétiques.

Également, lorsque vient le temps de faire des investissements dans l'infrastructure en matière d'éducation, dans l'aéronautique ou dans les F-35, qui ont des retombées colossales pour la région de Montréal, qu'est-ce que le NPD fait? Il vote contre. Maintenant, il essaie de venir nous faire la leçon en Chambre. Ce n'est pas crédible.