PROSTITUTION DANS HOCHELAGA: UNE AIDE FINANCIÈRE D’URGENCE DOIT ÊTRE ACCORDÉE, DISENT LES ÉLUS

Les députées Marjolaine Boutin-Sweet, Carole Poirier et le maire l’arrondissement Réal Ménard réclament de l’aide pour les femmes prostituées du quartier.

HOCHELAGA-MAISONNEUVE — Une aide financière d’urgence doit être accordée par les trois paliers de gouvernement afin de venir en aide aux femmes prostituées d’Hochelaga-Maisonneuve, selon la néo-démocrate Marjolaine Boutin-Sweet, la députée Carole Poirier et le maire d’arrondissement Réal Ménard.

 Les trois élus ont tenu une conférence de presse conjointe cet avant-midi afin d’exposer les détails de cette demande. L’aide financière gouvernementale permettrait l’embauche d’intervenants au CAP St-Barnabé pour l’ouverture d’un centre de répit, la relocalisation de l’organisme Dopamine sur la rue Ste-Catherine et la création de logements sociaux adaptés pour les femmes en processus de sortie de la désintoxication.

« Les femmes prostituées qui tentent de se sortir de leur situation ont besoin d’un soutien et de ressources adaptées, a expliqué la députée néo-démocrate Marjolaine Boutin-Sweet. Augmenter la répression et les criminaliser ne sert à rien. Il faut créer un continuum de services afin de les accompagner à chacune des étapes. Un financement adéquat est crucial à la réussite de cet accompagnement. »

« Il est plus que temps de s’attaquer au fond du problème et d’accompagner les femmes qui désirent se sortir de la prostitution, dit la députée péquiste Carole Poirier. Nous devons agir sur la santé de ces femmes, le temps des paroles est révolu: il faut agir, et vite », a-t-elle conclu.

« Un effort concerté est le meilleur moyen de venir en aide à celles qui en ont besoin, a dit le maire d’arrondissement, Réal Ménard. Il faut tout mettre en œuvre pour offrir un plan de services aux femmes prostituées. Cela est une condition essentielle pour maintenir la paix dans notre communauté. »

Les trois élus estiment que trop longtemps, les autorités n’ont fait que déplacer le problème. Il est grand temps que la Ville, le Québec et le fédéral travaillent ensemble.

 -30-

 Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :

David Patry, attaché de presse, Service au caucus du Québec

514-238-8240 ou david.patry@parl.gc.ca