Présentation officielle d'une pétition à la Chambre des communes, en appui au financement du Wapikoni mobile

Mme Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga, NPD): Monsieur le Président, j'ai le très grand plaisir de présenter, aujourd'hui, une pétition signée par près de 2 000 personnes — elle est trop lourde pour que je la soulève — dont plusieurs résidants d'un village des Premières nations, des citadins d'un peu partout et des élus.

Comme on le voit, ce sont des gens d'origines très variées, mais ils croient tous fermement en un projet très important, le Wapikoni mobile. Ce programme, qui produit des films et des pièces musicales, redonne espoir à des jeunes Autochtones et sauve même parfois littéralement des vies, est lui-même en danger.

En effet, la subvention principale, celle de 490 000 dollars, provenant du gouvernement fédéral et assurant la survie du studio ambulant, a été éliminée sans préavis.

Pourtant, en ses sept ans d'existence, le Wapikoni mobile a fait ses preuves. Les jeunes participants ont notamment remporté 49 prix nationaux et internationaux, une moyenne de sept prix par année.

Combien de projets peuvent-ils se vanter d'un tel exploit?

Le Wapikoni mobile doit survivre. C'est ce que les près de 2 000 signataires de cette pétition demandent au ministère des Ressources humaines et du Développement des compétences.