MARJOLAINE BOUTIN-SWEET SOUTIENT LE FINANCEMENT FÉDÉRAL À LONG TERME DES INFRASTRUCTURES

Une motion du NPD presse le gouvernement conservateur à mettre sur pied un plan pour les infrastructures dans le prochain budget

MONTRÉAL — La députée fédérale d’Hochelaga, Marjolaine Boutin-Sweet, appuiera la motion du NPD exigeant des conservateurs qu’ils incluent un plan de développement et d’entretien à long terme des infrastructures et du transport collectif dans le prochain budget.

«Considérant les nombreux projets d’infrastructure dans l’Est de Montréal, tel le prolongement de la ligne Bleue du Métro, le dossier du boulevard l’Assomption, ainsi que la réfection de la rue Notre-Dame, il est primordial que le gouvernement fédéral s’implique financièrement afin d’assurer le développement de notre communauté», indique Mme Boutin-Sweet. «C’est pourquoi j’appuie fermement cette initiative du NPD».

La motion déposée par la députée néo-démocrate Olivia Chow a été débattue à la Chambre des communes ce mardi 26 février, dans le cadre de la journée d’opposition du NPD. Elle presse le gouvernement conservateur de collaborer avec les autres paliers de gouvernement afin d’obtenir des résultats. C’est le devoir du gouvernement fédéral de veiller au bon état des infrastructures en finançant adéquatement les travaux nécessaires pour assurer leur bon fonctionnement et leur sécurité.

«Il est temps que le gouvernement conservateur fasse preuve de leadership et prenne les mesures qui s’imposent pour réparer nos infrastructures, réduire nos temps de déplacement et améliorer la productivité», a ajouté le porte-parole néo-démocrate en matière de transport et d’infrastructures, Robert Aubin.

«Les Canadiens en ont assez de devoir éviter des nids-de-poule, passer des heures dans des embouteillages ou s’entasser comme des sardines dans des autobus», a dit M. Aubin.

Une recherche publiée par la Fédération canadienne des municipalités montre que 21% des routes municipales canadiennes sont en mauvaise condition et que les temps de déplacements dans nos grandes villes sont parmi les pires des pays du G8.

-30-