MARCHÉ LOCATIF À MONTRÉAL : MARJOLAINE BOUTIN-SWEET DEMEURE PRÉOCCUPÉE

OTTAWA — Les conclusions d’un rapport sur le marché locatif publié par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) préoccupent la porte-parole du NPD en matière de logement, Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga).
«Malgré une hausse globale du taux d’inoccupation des logements locatifs, il faut rester vigilant. Les prix des loyers ont augmenté deux fois plus rapidement que l’inflation», indique Mme Boutin-Sweet.
Selon la SCHL, le taux d’inoccupation moyen est passé de 2,2% à 2,6% dans les grandes villes canadiennes. Pour la députée, cela est une bonne nouvelle, car cela diminue une certaine pression à la hausse sur les loyers. À Montréal, le taux est désormais de 2,8%, juste en dessous du taux d’équilibre de 3%.
«Même si la situation s’est améliorée à Montréal, elle demeure critique dans certaines régions du Québec, notamment en Abitibi où la pénurie extrême se poursuit : à Val-D’Or, le taux est de 0%!», ajoute la députée. « Au Canada, dans plusieurs grandes villes comme Vancouver, Edmonton, Calgary, Winnipeg, Regina, Thunder Bay et Toronto, le taux d’inoccupation demeure sous la barre du 2% ».
Mme Boutin-Sweet croit que l’adoption d’une stratégie pancanadienne en matière de logement, telle que proposée par le NPD et la construction de nouveaux logements sociaux, en partenariat avec les provinces, les territoires et les municipalités, pourraient grandement contribuer à résoudre le problème de pénurie de logements locatifs. 
-30-