L’UTILISATION DU FRANÇAIS AU TRAVAIL : IL EST TEMPS D’AGIR

S’ils sont sérieux, les conservateurs adopteront le projet de loi du NPD sur le français 

OTTAWA — Le plan des conservateurs quant à l’utilisation du français dans les entreprises québécoises sous juridiction fédérale n’est qu’une manœuvre de diversion, dénonce le NPD. Si les conservateurs sont sérieux, ils appuieront le projet de loi néo-démocrate C-315, justement débattu aujourd’hui à la Chambre des communes afin que celui-ci soit adopté le plus rapidement possible.

«Les conservateurs mettent sur pied un autre comité, qu’ils contrôlent eux-mêmes et dont les résultats, s’il y en a, ne répondront pas aux vrais besoins. Ce n’est que de la poudre aux yeux», dénonce le député Robert Aubin (Trois-Rivières), qui parraine le projet de loi C-315.

Le ministre Christian Paradis a annoncé hier la mise en place d’un comité consultatif pour étudier l’utilisation du français dans les entreprises sous juridiction fédérale. Or, plutôt que de tergiverser sur cette question, les conservateurs devraient agir dès maintenant et adopter le projet de loi C-315, estime M. Aubin.

«Le gouvernement conservateur doit donner un sens à la reconnaissance de la nation québécoise, notamment en protégeant la langue française et en défendant les travailleurs du Québec.» 

Déterminés à mettre fin à la politique des «deux poids, deux mesures» en ce qui concerne la langue en milieu de travail, les députés du NPD tendent la main aux autres partis afin de faire adopter le projet de loi C-315 visant à assurer une protection égale à tous les travailleurs du Québec.

-30- 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Marc-André Viau, attaché de presse principal du caucus, 613-295-9228 ou Marc-Andre.Viau@parl.gc.ca