Logements sociaux: fin des subventions fédérales

La Presse Canadienne, publié le 27 avril 2012
Par Marie-Michèle Sioui
MONTRÉAL – Des personnes venues de plusieurs régions du Québec manifestent dimanche dans le quartier Pointe-Saint-Charles de Montréal pour dénoncer la fin des subventions fédérales dont bénéficient actuellement 600 000 locataires de logements sociaux au Canada et 127 000 au Québec.
Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) affirme que des personnes sont venues de l’Outaouais, de Québec, de Sherbrooke et de Trois-Rivières afin de former, avec les Montréalais, un groupe de 700 manifestants. 
Dans un geste de solidarité avec le mouvement étudiant et pour exprimer leur désaccord avec la loi 78 et le règlement anti-masque, les marcheurs se sont gardés de fournir leur itinéraire aux policiers.
Le coordonateur FRAPRU, François Saillant, affirme que 75 000 logements ne recevront plus de subventions fédérales et que cette situation se poursuivra «jusqu’à l’extinction complète des subventions».
Il s’inquiète particulièrement des conséquences de ces coupures sur les locataires à faible revenu, car le fait qu’une coopérative d’habitation ne reçoive plus de subventions, par exemple, se traduira selon lui par une hausse des loyers.
M. Saillant indique que les coopératives «n’auront plus d’argent» pour accorder un rabais aux gens qui y habitent, et que les loyers pourraient ainsi doubler, voire tripler. Il dénonce également la possibilité que l’entretien des parcs à logements de type HLM soit négligé. 
Dans le quartier Pointe-Sainte-Charles, 40 pour cent de l’ensemble des logements locatifs reçoivent des subventions du gouvernement fédéral, selon le FRAPRU.
M. Saillant indique avoir tenté de communiquer avec le gouvernement fédéral, mais sans succès.   «On nous dit que les décisions sont irrévocables. Le gouvernement fédéral est totalement fermé», conclut-il.