Avoir un toit, c'est un droit

La situation du logement et particulièrement des logements sociaux est un enjeu majeur qui touche et touchera des centaines de milliers de Canadiens. La lutte contre l’itinérance passe également par un renforcement des logements sociaux sur le territoire.

Jusqu’au retrait du gouvernement fédéral du secteur du logement social en 1994, près de 650 000 logements sociaux ont été créés au Canada grâce à des ententes à long terme, d’une durée de 25 à 50 ans, avec la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Or, de 2006 à 2013, près de 45 000 logements sociaux ont été affectés par la fin des ententes. En 2017, le nombre de ménages touchés atteindra plus de 140 000. Malgré cela, le gouvernement actuel, comme l’ancien gouvernement conservateur, n’a toujours pas annoncé qu’il renouvèlerait les montants associés à ces ententes.

Investir à long terme dans le logement social

Dans son budget 2016, le gouvernement a annoncé une enveloppe de 30 millions de dollars sur deux ans dédiée à préserver les subventions au loyer. Ce montant temporaire et nettement insuffisant ne couvre toutefois qu’une partie des ententes, lorsqu’on considère qu’à terme, vers 2040, c’est 1,7 milliard $ qui aura été retiré du financement du logement social, un montant qui équivaut à 85 % du budget de la SCHL.

C’est pourquoi le NPD demande au gouvernement fédéral d’investir les sommes nécessaires pour la construction de nouvelles unités de logement social. La motion M-53 déposée par Marjolaine Boutin-Sweet incite également le gouvernement à renouveler le financement des ententes à long terme, de manière à préserver les subventions au loyer et assurer les fonds nécessaires à la rénovation des immeubles.

Une stratégie globale pour répondre aux besoins partout au pays

Pour répondre aux besoins grandissants en matière de logement dans les différentes régions du pays et d’adapter les interventions du gouvernement fédéral à leurs réalités respectives, il importe de créer une stratégie pancanadienne en matière de logement, en partenariat avec les provinces, les territoires et les groupes de la société civile. C’est le sens du projet de loi C-265, « Loi visant à assurer aux Canadiens un logement sûr, adéquat, accessible et abordable. »

Les communautés autochtones sont parmi les plus touchées par cette crise du logement. Lors de sa tournée sur la situation du logement au Canada (2012-2015), Marjolaine Boutin-Sweet a notamment voyagé dans certaines collectivités nordiques inuites et cries du Nunavik, où elle a pu constater la piètre condition des logements, la surpopulation, les besoins de rénovations majeures, leur inadaptation au mode de vie traditionnel des habitants et au climat. Le Nouveau Parti démocratique demande donc au gouvernement d’investir massivement dans la construction et la rénovation de logements dans les communautés autochtones.

 

Quelques liens utiles :

// Association canadienne d’habitation et de rénovation urbaine (ACHRU)

// Comité logement Rosemont

// Comités logement Hochelaga-Maisonneuve

// Fédération de l'habitation coopérative du Canada

// Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

// Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL)