Lettre à l'Honorable Diane Finley demandant le rétablissement du financement du Wapikoni mobile

Montréal, le 20 juillet 2011

L’Honorable Diane Finlay, C.P., députée
Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences
Chambre des communes
Ottawa, Ontario
K1A 0A6

Madame la Ministre,

J’ai été informée du fait que le ministère des Ressources humaines et du Développement des compétences avait décidé de mettre fin au financement d’un peu plus de 490 000$ au studio Wapikoni mobile, un organisme sans but lucratif intervenant directement auprès de plusieurs communautés autochtones du Québec.

Comme vous le savez sans doute, le studio Wapikoni mobile, fondé en 2004, donne à des jeunes des Premières nations du Québec, une occasion unique d’expression cinématographique et musicale.

Par ses accomplissements largement reconnus, le projet encourage l’émergence de nouveaux talents et offre aux jeunes autochtones une opportunité de rayonnement dans leur milieu et dans le monde.

Il appert que l’une des raisons pour laquelle le financement de ce programme aurait été annulé, serait que d’autres programmes répondraient mieux aux conditions d’obtention de ce financement.

À ce titre, je me permets de souligner que le projet Wapikoni mobile poursuit une mission qui, à première vue, peut paraitre non conventionnelle, mais que les résultats de ce projet le sont tout autant. En réussissant à intégrer des jeunes plus difficilement accessibles d’une façon traditionnelle et en leur donnant de l’espoir, le projet réussit là où plusieurs autres ont échoué : En faisant raccrocher des jeunes que l’on croyait perdus.

Il n’y a qu’à entendre les témoignages de plusieurs anciens participants au projet pour s’en convaincre : Certains parlent d’une forme de thérapie; D’autres affirment même que le projet sauve des vies.

Qui plus est, cette décision d’annuler le financement du projet met en péril plusieurs emplois de qualité de coordonnateurs et de formateurs, sans compter l’impact majeur qui serait engendré, au niveau du développement des compétences des jeunes issus des Premières nations du Québec, ainsi que sur leurs perspectives d’avenir.

Je sollicite donc aujourd’hui votre intervention auprès de vos services, afin de rétablir le financement à ce projet porteur d’espoir et créateur d’emplois dans plusieurs communautés autochtones québécoises.

Je vous remercie pour toute l’attention que vous voudrez bien donner à ce courrier, et vous prie d’agréer Madame la Ministre, mes sincères salutations.

Marjolaine Boutin-Sweet
Députée fédérale de Hochelaga