Les députées de l’Est du NPD dénoncent le budget conservateur

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve, publié en ligne le 4 avril 2012

Les députées néo-démocrates de l’est de Montréal, Paulina Ayala (Honoré-Mercier), Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga) et Ève Péclet (La Pointe-de-l’île) dénoncent le fait que le nouveau budget conservateur ne comporte aucune mesure, ni aucune stratégie pour créer ou maintenir des emplois.

« Le taux de chômage était de 9,6 % en février dernier, comparativement à 6,2 %, en 2006, lors de l’accession au pouvoir de Stephen Harper. Même s’ils prétendent que l’économie est une priorité pour eux, dans les faits, les conservateurs n’ont pas de plan pour soutenir la création d’emplois ou conserver ceux existants.

« Le taux de chômage actuel est supérieur au 9,2 % enregistré dans la région montréalaise, en 2009, en pleine crise économique mondiale », fait remarquer la députée Ève Péclet.

« Un budget, c’est une question de choix, souligne Marjolaine Boutin-Sweet. M. Harper avait promis de créer des emplois, mais au lieu de ça, on assiste à plusieurs fermetures d’usines dans l’est de Montréal. Le déménagement de Mabe, une usine de ma circonscription, en est un exemple.

« Non seulement le gouvernement n’a-t-il aucune politique pour garder les emplois au Canada, mais il sabre dans les services aux citoyens, qui attendent de plus en plus longtemps pour bénéficier de l’aide gouvernementale nécessaire en ces temps difficiles », ajoute Mme Boutin-Sweet.

Pour sa part, Mme Ayala déplore que la question du développement des infrastructures de transport collectif soit absente du budget.

« Les conservateurs ont encore manqué une occasion de doter le Canada d’une
politique structurée et efficace relative au transport en commun.

« Les défis sont nombreux en matière de transport collectif dans l’est de Montréal, un secteur ayant une zone industrielle importante et connaissant un important développement résidentiel. La région de Montréal doit pouvoir compter sur l’appui financier du goiuvernement fédéral. »

Le nouveau chef du NPD, Thomas Mulcair, croit que le gouvernement Harper
ne met pas les priorités aux bonnes places.

« Les conservateurs ont de l’argent pour construire des prisons, acheter des avions de chasse et faire des cadeaux aux grandes entreprises, mais rien pour les milliers de travailleurs qui ont perdu leur emploi au cours des derniers mois.

« Le NPD va se battre pour protéger les services sur lesquels les Québécois comptent et pour que les compressions des conservateurs les affectent le moins possible. »