LES CONSERVATEURS SABOTENT LES EMPLOIS CANADIENS DU SECTEUR DU RAFFINAGE

Les audiences parlementaires soulignent l’importance d’une stratégie énergétique 

OTTAWA – Les audiences parlementaires sur le déclin du secteur du raffinage se sont terminées aujourd’hui. Plusieurs témoignages ont mis en évidence l’incapacité des conservateurs à protéger les emplois canadiens, ainsi que l’urgent besoin d’adopter une stratégie énergétique afin de faire passer les Canadiens et l’intérêt public avant tout. 

Ces audiences se sont tenues près d’un an après que le ministre des Ressources naturelles, Joe Oliver, ait promis l’instauration d’un plan énergétique national. Une promesse qu’il n’a pas tenue. 

« Pour les Canadiens sans travail, il est troublant de voir que ces audiences prennent fin tandis que le premier ministre est en Chine pour faire la promotion du bitume brut, sabotant ainsi les emplois canadiens du secteur du raffinage, s’est indigné le porte-parole du NPD en matière de ressources naturelles, Claude Gravelle. Nous avons entendu des témoignages troublants sur le déclin de l’industrie canadienne du raffinage. En moyenne, nous perdons une raffinerie par année. Cela représente des milliers d’emplois canadiens de qualité qui sont perdus. » 

Les audiences ont été mises sur pied à la suite d’une motion présentée par le NPD demandant une étude sur l’état des infrastructures pétrolières et des raffineries au Canada. 

Le comité a appris, selon les calculs du Conference Board du Canada, que la fermeture des raffineries d’Oakville et de Montréal a entraîné, sur cinq ans, des pertes équivalant à l’activité économique que représente le travail de 25 000 personnes pendant un an, soit des pertes de 2,6 milliards $ en PIB et de 300 millions $ en recettes fiscales perdues. Depuis 1989, le secteur du raffinage a perdu près de 10 000 emplois directs. 

« Les témoignages que nous avons entendus nous ont à la fois éclairés et troublés, a déclaré le député Kennedy Stewart (Burnaby-Douglas), porte-parole adjoint du NPD pour les ressources naturelles. Presque sans exception, tous les témoins, gens d’affaires, universitaires ou travailleurs, ont parlé du besoin urgent d’une stratégie énergétique pour le Canada. » 

« Le manque de vision à long terme en matière d’énergie crée une incertitude nuisible pour l’industrie et met en péril l’avenir énergétique du Canada, a ajouté M. Stewart. Nous avons besoin d’un plan qui fera passer les intérêts des Canadiens avant tout, et nous rejetons cette fausse dichotomie qui dit qu’il faudrait choisir entre protéger notre environnement et assurer des emplois à long terme pour les Canadiens. » 

-30- 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Lyne Robichaud, attachée de presse du NPD, 613-292-2970 ou lyne.robichaud@parl.gc.ca