LE NPD VEUT ÉVITER QUE L’AGENCE D’ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE SOIT TRANSFORMÉE EN COQUILLE VIDE

La première responsabilité d’Ottawa est de protéger la population et l’environnement, pas les grandes compagnies

 

OTTAWA – L’opposition officielle du Canada exige de Stephen Harper qu’il revienne sur sa décision de faire disparaitre l’agence environnementale chargée d’évaluer l’impact des projets de développement sur l’environnement.

« Le déversement de pétrole causé par BP l’an dernier nous rappelle combien il est important d’avoir un processus d’évaluation environnementale strict pour éviter les catastrophes », souligne la porte-parole du NPD en matière d’environnement, Megan Leslie. « Le gouvernement doit s’assurer que les grands projets soient soumis à une évaluation environnementale avant d’aller de l’avant. »

Des documents indiquent que l’organisation devra composer avec des compressions de 43%. Le budget de l’agence passera de 30 millions $ cette année à 17,1 millions $ en 2012 -2013.

« Pendant leur discours du Trône le mois dernier, j’ai entendu ce gouvernement promettre d’améliorer les évaluation environnementales », relate Laurin Liu, porte-parole adjointe du NPD en matière d’environnement. « Les voir rompre cette promesse me rappelle pourquoi tant de jeunes Canadiens croient que les choses ne fonctionnent plus à Ottawa, et pourquoi ils ont élu des députés du NPD pour y remédier. »

Un programme visant à remplir l’obligation légale  qu’a Ottawa de consulter les communautés autochtones sur le développement de projets est aussi appelé à disparaitre.

« C’est clairement une violation des responsabilités légales et constitutionnelles du gouvernement fédéral », dénonce Linda Duncan, la porte-parole du NPD en matière d’affaire autochtones.

La décision de faire des compressions à l’ACEE est le dernier geste posé par le gouvernement Harper pour affaiblir le processus d’évaluation environnementale, les autres étant de permettre au ministre d’exclure certains projets des évaluations environnementales du gouvernement fédéral et de confier la responsabilité d’évaluer l’impact des grands projets énergétiques à l’Office national de l’énergie, un organisme fortement influencé par l’industrie.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec: Sally Housser, attachée de presse du caucus : 613-222-5997