LE NPD S’OPPOSE À LA PRIVATISATION DE LA SCHL

OTTAWA — La privatisation de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) serait une grave erreur, estime la porte-parole du NPD en matière de logement, Marjolaine Boutin-Sweet, qui invite le ministre des Finances, Jim Flaherty, à renoncer à cette idée.
«Ce que le ministre souhaite faire, c’est abandonner le meilleur outil que les Canadiens ont à leur disposition pour assurer la confiance et la stabilité du marché immobilier au pays», affirme la députée néo-démocrate Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga).
Selon elle, le gouvernement devrait tirer des leçons de ce qui est arrivé à Fannie Mae et Freddie Mac, quand on crée des organisations trop grosses que l’on ne peut se permettre qu’elles échouent. «Si la SCHL, une fois privatisée, se plante, c’est le gouvernement qui devra récupérer les pots cassés. Nous n’avons pas les moyens de nous payer une telle catastrophe.»
La députée estime que le ministre des Finances se trompe royalement s’il croit que la privatisation de la SCHL va soulager l’endettement grandissant des ménages canadiens. «L’intérêt premier des compagnies privées est de faire du profit, rappelle Marjolaine Boutin-Sweet. Pas de venir en aide aux gens pour les aider à trouver des solutions aux problèmes en matière d’habitation.»
-30-