Le NPD exige plus de logements abordables à Ottawa

Le Droit, publié le 23 novembre 2012

Par Philippe Orfali

Ottawa se classe au haut du palmarès des villes canadiennes pour le coût élevé des loyers, après Vancouver et Toronto, et le taux d'inoccupation des logements locatifs figure parmi les plus élevés au pays. Cette situation a été dénoncée de nouveau par les organismes communautaires et l'opposition, jeudi.

Le Nouveau parti démocratique a profité de la Journée nationale de l'habitation pour rappeler les besoins criants en matière de logement abordable dans la région de la capitale nationale, lors d'un passage dans quelques organismes communautaires travaillant auprès des foyers à revenus modiques.

«À Ottawa particulièrement, on voit une augmentation de l'itinérance. À la Mission d'Ottawa, il y a près de 200 lits qui sont toujours pleins. Quand on parle aux intervenants, on se rend compte à quel point c'est urgent d'avoir une stratégie nationale d'habitation, a souligné la députée Marie-Claude Morin, qui pilote un projet de loi à cet effet. On a 1,5 million de ménages canadiens qui ont des logements trop petits, trop chers ou insalubres.»

Le projet de loi C-400 du NPD, qui doit être débattu au cours de la semaine prochaine, vise à obliger le ministre responsable de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) à travailler avec les provinces, les municipalités et les fournisseurs de logements afin d'établir une stratégie nationale en matière de logement.

À Ottawa, le taux d'inoccupation actuel des appartements locatifs de deux chambres est de 2,5%, alors qu'un taux sous les 3% indique une pénurie de logements, qui fait monter le coût des loyers.

De l'avis du directeur général de l'organisme ottavien Action Logement, Étienne Grandmaître Saint-Pierre, «les temps d'attente (pour un logement) sont de plus en plus longs à Ottawa, et c'est de plus en plus difficile pour les gens à faibles revenus d'avoir accès à un logement abordable».

«Il est essentiel que le Canada se munisse d'une stratégie nationale du logement», dit-il.