LE NPD DÉPLORE QUE LES CONSERVATEURS METTENT EN DANGER LA SÉCURITÉ PUBLIQUE EN N’IMPOSANT PAS DE RÈGLEMENTATIONS SUR LA FRACTURATION

Deux ans après les règlementations promises, les Canadiens attendent toujours

 

OTTAWA – Claude Gravelle (Nickel Belt), le porte-parole du NPD en matière de ressources naturelles et Megan Leslie (Halifax), la porte-parole en matière d’environnement, ont critiqué l’inaction et l’irresponsabilité des conservateurs concernant l’exploitation de sources non conventionnelles de pétrole et de gaz. 

Le NPD demande au gouvernement conservateur de remédier à cette attente qui dure depuis maintenant deux ans relativement aux règlementations promises sur la fracturation des gaz de schiste. Cela fait suite aux informations récentes selon lesquelles le projet controversé d’exploitation serait la cause d’une éruption de puits en Alberta et d’un tremblement de terre en Ohio. 

« Bien que ce soient des accidents sérieux qui mettent la population en danger, les conservateurs continuent de laisser leurs amis de l’industrie pétrolière et gazière dicter leurs volontés, et ce, deux ans après avoir promis des règlementations, a dit M. Gravelle. Le gouvernement a la responsabilité de protéger les Canadiens et en ce moment, ils ne font pas leur travail. »

Les organismes de réglementation provinciale en Alberta ont reconnu qu’une éruption de puits s’était produite vendredi dernier, près de Innisfail en Alberta, et qui aurait pu causer une éruption de puits un kilomètre plus loin. La veille de Noël, un tremblement de terre d’une magnitude de 4.0 en Ohio a été relié à la fracturation hydraulique se déroulant à proximité.

« Les tremblements de terre et les éruptions ont attiré l’attention de tout le monde sauf du gouvernement, a dit Mme Leslie. Ce gouvernement a complètement abandonné le principe de précaution, principe qui devrait être au cœur de toutes les prises de décisions relatives aux enjeux environnementaux. Les risques reliés à cette technique doivent être entièrement identifiés, et en particulier, les effets cumulatifs. »

La fracturation est une pratique de plus en plus controversée qui consiste à injecter, à haute pression, de l’eau et du sable chimiquement liés dans les gisements de pétrole et de gaz. L’objectif est d’améliorer les voies souterraines pour permettre aux hydrocarbures de se rendre au puits. Cette technique fait l’objet de moratoires dans plusieurs provinces, y compris au Québec, en raison de préoccupations allant de la contamination de l’eau à la quantité d’eau utilisée.  

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Lyne Robichaud, attachée de presse du NPD, 613-292-2970 ou Lyne.Robichaud@parl.gc.ca