LE NPD DÉNONCE LES COUPES DES CONSERVATEURS DANS L’ASSURANCE-EMPLOI

Les députés du NPD vont à la rencontre des Canadiens qui souffrent le plus des délais à Service Canada  

OTTAWA – Des députés du NPD entreprennent une tournée des circonscriptions les plus touchées par les compressions des conservateurs dans les centres de Service Canada, qui sont responsables du traitement des demandes d’assurance-emploi. 

« Les travailleurs qui se retrouvent au chômage ne devraient pas avoir à attendre des mois avant de recevoir leurs prestations, a martelé Claude Patry, porte-parole du NPD en matière d’assurance-emploi. Mais nous avons appris que certaines personnes attendaient jusqu’à 128 jours avant de recevoir un chèque. De plus, ceux qui appellent pour obtenir de l’aide ne réussissent même pas à parler à quelqu’un. C’est inadmissible. » 

En raison des compressions des conservateurs, il y a moins d’employés pour traiter les demandes d’assurance-emploi aujourd'hui qu’avant le début de la récession. Conséquence : le nombre de chômeurs attendant le début de leurs prestations a doublé, passant de 181 931 personnes en octobre 2007 à 360 481 personnes en octobre 2011. 

« Les conservateurs continuent d’ignorer le coût de ces délais pour notre économie, a dénoncé Jean Crowder, porte-parole du NPD en matière de ressources humaines. Des emplois ont encore une fois été perdus le mois dernier, ce qui signifie que davantage de Canadiens ont besoin d’aide pour subsister en attendant de trouver un autre gagne-pain. Mais à cause des compressions des conservateurs, le système auquel ces travailleurs ont cotisé à chaque paie n’est pas en mesure de répondre à leurs besoins. » 

« Les coûts de traitement des demandes d’assurance-emploi sont couverts par les primes des travailleurs et des employeurs, a ajouté M. Patry. Ces derniers méritent de savoir pourquoi les services diminuent alors que leurs primes augmentent. » 

Les familles canadiennes doivent payer leur loyer, leur hypothèque, leur électricité et leur nourriture chaque mois. Les travailleurs sans emploi ne peuvent pas se permettre d’attendre deux mois pour payer ces factures. Les délais dans le traitement des demandes d’assurance-emploi placent plusieurs familles dans des situations désespérées. 

« Nous voulons entendre l’avis des personnes les plus durement touchées, c’est-à-dire les travailleurs qui attendent avant de recevoir leurs prestations, a ajouté Mme Crowder. C’est pourquoi nous allons nous rendre dans les communautés où le taux de chômage est le plus élevé et où des centres locaux de traitement ferment leurs portes. »

-30-  

Pour de plus amples informations, veuillez communiquer avec :

Lyne Robichaud, attachée de presse du NPD, 613-292-2970 ou lyne.robichaud@parl.gc.ca