LE NPD DÉNONCE L’ABOLITION DU PROGRAMME DE LANGUE SECONDE POUR LA FONCTION PUBLIQUE

OTTAWA - Le NPD dénonce l’abolition de près de 200 postes d’enseignants de langue seconde à l’École de la fonction publique du Canada. Ces cours permettaient aux fonctionnaires d’apprendre ou de perfectionner leurs compétences dans l’une des deux langues officielles au pays. 

« L’attitude du gouvernement Harper en matière de bilinguisme est totalement incohérente. D’un côté, il prétend défendre le bilinguisme, mais de l’autre, il abolit un programme essentiel pour que les fonctionnaires puissent offrir des services de qualité à tous les Canadiens », s’est indigné Yvon Godin (Acadie-Bathurst), porte-parole du NPD en matière de langues officielles. « Encore une fois, ce sont les communautés linguistiques du pays qui paieront les frais d’un gouvernement idéologique qui refuse de respecter la notion même du bilinguisme au Canada. » 

Une porte-parole du président du Conseil du trésor, Tony Clement, a indiqué que la décision d’abolir l’École de la fonction publique « ne faisait pas partie du programme de réduction du déficit. » 

« Si ces compressions ne cadrent pas dans le plan d’austérité du gouvernement, alors on doit conclure qu’il s’agit là de mépris pur et simple de la part des conservateurs à l’égard de la langue française », a pour sa part ajouté Robert Aubin (Trois-Rivières), porte-parole du NPD en matière de francophonie. « Le NPD exige que le gouvernement justifie immédiatement cette attaque en règle des conservateurs contre le français, puisque c’est un nouveau coup dur pour les communautés francophones d’un océan à l’autre. » 

- 30- 

Pour plus d’information, veuillez communiquer avec :

Youssef Amane, attaché de presse du caucus, 613-222-6993 ou youssef.amane@parl.gc.ca