LE NPD DEMANDE AUX LIBÉRAUX DE SAUVER L’UNIVERSITÉ FRANCOPHONE EN ONTARIO

le NPD a demandé à Justin Trudeau de s’asseoir urgemment avec Doug Ford pour sauver le projet d’université francophone à Toronto. Récemment, le premier ministre de l’Ontario a annoncé qu’il annulait le projet pour des raisons financières. Le projet de l’Université de l’Ontario français devait mener à la création de la première université exclusivement francophone en Ontario et serait une avancée majeure pour les Franco-Ontariens et pour les francophones de partout au pays. 

« La décision de Doug Ford de couper les services aux communautés francophones en Ontario et de réduire les protections dont elles bénéficient est complètement inacceptable, a déclaré le chef du NPD, Jagmeet Singh. Justin Trudeau a dénoncé la décision; il doit maintenant passer de la parole aux actes en annonçant que son gouvernement s’engagera à financer avec le gouvernement de l’Ontario le projet de l'université francophone à Toronto. »

La semaine dernière Ford a annoncé qu'il mettait fin au projet de l'Université francophone à Toronto et qu'il éliminait le Commissariat aux services en français. Le projet était estimé à 83,5 millions de dollars.

« La protection des droits linguistiques et la construction d'une université francophone à Toronto sont des éléments vitaux pour la communauté franco-ontarienne et francophone à travers le Canada, a ajouté le porte-parole en matière de langues officielles du NPD, François Choquette. Notre demande ne soustrait en rien le gouvernement provincial de ses responsabilités à protéger et à offrir des services en français aux communautés francophones. »

Le gouvernement fédéral pourrait également entamer des discussions pour fournir le financement afin de maintenir les activités du Commissariat aux services en français.

« La décision de Doug Ford est un affront envers les Franco-Ontariens, a ajouté le député pour Timmins – Baie James, Charlie Angus. Le gouvernement libéral doit absolument soutenir et protéger les droits des communautés francophones. »