Le Comité de développement de l’Est de Montréal : une mobilisation qui porte fruit

Est de Montréal, le 14 avril 2015 – Regroupant près d’une centaine de leaders provenant de tous les secteurs d’activités, le Comité de développement de l’Est de Montréal (CDEM) agit afin de promouvoir, de consolider et de favoriser le développement économique, social et environnemental de l’Est de Montréal par sa prise en charge collective. Au cours de la dernière année, les membres du CDEM ont été particulièrement actifs pour faire avancer le plan d’action 2013-2015.

Le CDEM souhaite faire rayonner l’Est de Montréal en misant sur cinq grands enjeux que sont le transport des personnes et des marchandises, les parcs industriels, l’emploi, l’attractivité du territoire et la qualité de vie, ainsi que la décontamination des sols et la viabilisation des terrains disponibles.

La présidente du CDEM, Nicole Léger, est fière de cette mobilisation des acteurs de l’Est autour d’objectifs communs. « Créé en 2011 pour retrouver une force d’action et d’attraction dans l’Est, le CDEM ne cesse de progresser et d’attirer de nouveaux joueurs qui souhaitent contribuer et faire partie de ce véhicule de changement. Au sein de différents groupes de travail, les membres du CDEM s’investissent pour faire bouger les choses. Nos objectifs pour l’Est sont ambitieux, mais l’énergie et la contribution de chacun nous permettent d’envisager un Est fort, fier et concurrentiel », a mentionné Nicole Léger.

Faire de l’Est un pôle de développement économique

Les membres du CDEM se concertent pour rendre l’Est de Montréal compétitif et attractif. Faire de l’Est un pôle de développement économique est le défi qui anime l’ensemble des acteurs. Le territoire industriel et commercial de l’Est de Montréal a ses particularités et représente une force majeure pour le développement économique, dans la mesure où l’on travaille à le revitaliser. « L’innovation et la haute technologie caractérisent plusieurs de nos industries, de même que la passion et l’excellence définissent plusieurs PME installées sur notre territoire. Nos secteurs d’emploi sont variés et il faut les consolider. Les portraits de l’emploi et de l’entrepreneuriat sur lesquels nous travaillons en partenariat avec Emploi-Québec, l’INRS et le MEIE nous permettront d’identifier nos forces et nos besoins pour mieux définir nos actions et ainsi sensibiliser les instances décisionnelles à ce que nous espérons collectivement », a précisé André Brunelle, président de l’Association industrielle de l’Est de Montréal et porte-parole du CDEM.

« La décontamination des sols et la viabilisation des terrains disponibles sont des enjeux importants pour permettre un développement fort du territoire qui est actuellement freiné par des espaces inutilisables et une règlementation incomplète à ce sujet. Le grand portrait des parcs industriels, des zones d’emploi et des terrains contaminés que nous dressons actuellement nous permettra de cibler les zones d’action et d’évaluer les méthodes les plus innovantes pour transformer nos terrains en actifs stratégiques. Cela nous permettra également de dégager une vision commune d’un développement cohérent pour le futur de l’Est », a mentionné Annie Bourgoin, directrice générale de la SODEC RDPPATME et porte-parole du CDEM.

Faire de l’Est un endroit où il fait bon vivre

Soucieux d’améliorer la qualité de vie des citoyens de l’Est de Montréal, le CDEM s’est penché sur deux piliers importants que sont la santé et l’habitation. Un grand portrait des besoins de santé des résidents a notamment été réalisé par le CSSS Lucille-Teasdale pour l’ensemble du territoire afin de mettre en perspective les secteurs d’intervention nécessaires et d’évaluer la répartition des services sur le territoire. Par ailleurs, un recensement de l’offre et de l’accessibilité des logements locatifs et sociaux est en cours de réalisation. « La revitalisation de l’Est doit se faire dans une perspective de développement durable. Nous devons être à l’écoute des besoins des gens afin d’améliorer leur environnement et leur qualité de vie. Nos actions démontrent que cela est au coeur de nos préoccupations. Ces analyses nous permettront de cibler efficacement les actions à entreprendre pour améliorer les choses », a souligné Marjolaine Boutin-Sweet, députée d’Hochelaga et porte-parole du CDEM.

Faire de l’Est une destination de plaisance

Durant de nombreuses années, l’Est de Montréal a eu une image négative dans l’imaginaire collectif et ne constituait pas un lieu ciblé par les familles pour s’y épanouir. Cela tend à changer et des efforts doivent être déployés pour démontrer les atouts et les richesses du territoire. À ce sujet, un groupe de travail se penche sur un répertoire de l’ensemble des attraits touristiques, récréotouristiques et patrimoniaux ainsi que des structures d’accueil existantes sur le territoire permettant d’accueillir différents événements. « Promouvoir l’Est de Montréal est une priorité et le développement de projets porteurs pour faire de l’Est une destination de plaisance aura des impacts majeurs sur l’économie locale et sur l’attractivité du territoire. Il y a des bijoux naturels de grande beauté, des lieux historiques et des activités originales sur le territoire qui gagnent à se faire connaître de l’industrie touristique, mais aussi des résidents du territoire et de ceux des villes adjacentes», a précisé Lili-Anne Tremblay, conseillère d’arrondissement de Saint-Léonard et porte-parole du CDEM.

Travailler en concertation

Le CDEM, c’est également la mise en commun des forces de la région et le partage d’expertises entre partenaires. « Prendre le temps de mieux connaître les joueurs clés de notre territoire, ainsi que leurs caractéristiques, leurs atouts et leurs activités, nous permet de créer des partenariats décisifs et de travailler en complémentarité pour l’avenir de l’Est », a expliqué Isabelle Foisy, directrice de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal et porte-parole du CDEM. « Par exemple, lorsque le Port de Montréal nous présente sa vision et ses projets, les bénéfices pour l’ensemble de la communauté deviennent clairs, tout autant que les enjeux à considérer dans une perspective régionale : il faut travailler à améliorer les accès routiers pour faciliter notamment le transport des marchandises, sans préjudice au transport des personnes ni à leur qualité de vie. Cela en va de même pour l’ensemble des grands projets de transport auxquels nous portons une grande attention », a-t-elle ajouté.

Le 13 février dernier, les membres du CDEM ont tenu une rencontre dans les locaux prêtés par l’arrondissement de Saint-Léonard, afin d’adopter le calendrier des travaux 2015-2016. Cette rencontre a également permis de faire une mise à jour des travaux réalisés dans le cadre du plan d’action et de préciser les prochaines étapes du dépôt de projets dans le cadre du programme PRAM-Est. Les cégeps de l’Est, soit le Cégep Marie-Victorin, le Collège Rosemont et le Collège de Maisonneuve ont démontré comment ils sont d’importants partenaires de développement. De même, la Régie des installations olympiques et le Comité ZIP Jacques-Cartier ont présenté leurs plus récents projets porteurs pour l’Est de Montréal. « Nous amorçons notre cinquième année de travail de concertation et d’actions et nous comptons faire connaître davantage nos travaux auprès de la population et des instances gouvernementales. D’ailleurs, j’ai déjà rencontré le nouveau directeur du développement économique de la Ville de Montréal, Serge Guérin, afin de présenter notre plan d’action et ainsi poursuivre notre partenariat », a conclu la présidente du CDEM, Nicole Léger.

Le CDEM en bref …

Le Comité de développement de l’Est de Montréal a pour mission de promouvoir, consolider et favoriser le développement économique, social et environnemental de l’Est de Montréal par sa prise en charge collective. Il a été formé en avril 2011 à la suite d’une mobilisation des acteurs socioéconomiques et politiques de l’Est de Montréal (territoires d’Anjou, Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, Montréal-Est, Montréal-Nord, Pointe-aux- Trembles, Rivière-des-Prairies, Rosemont et Saint-Léonard) afin de faire de l’Est une région forte, fière et concurrentielle.

- 30 -

Source :

Nicole Léger, députée de Pointe-aux-Trembles, présidente et porte-parole du CDEM

Marjolaine Boutin-Sweet, députée d’Hochelaga et porte-parole du CDEM André Brunelle, président de l’Association industrielle de l’Est de Montréal et porte-parole du CDEM

Annie Bourgoin, directrice générale de la SODEC RDPPATME et porte-parole du CDEM

Isabelle Foisy, directrice générale de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal et porte-parole du CDEM

Lili-Anne Tremblay, conseillère d’arrondissement de Saint-Léonard et porte-parole du CDEM