LE BUDGET CONSERVATEUR: LA POLITIQUE PASSE AVANT LES FAMILLES

OTTAWA – Les conservateurs font encore une fois passer leurs intérêts en premier dans leur budget. Ils retardent les annonces importantes comme celle sur la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) et du nouveau Fonds Chantier Canada, au moment où ils pourront les exploiter à des fins électorales en plus de se délester sur les provinces et les municipalités et de refuser de s’engager à renouveler le financement du logement social.

« Pendant que les familles peinent à joindre les deux bouts, les conservateurs se contentent de faire de la petite politique et repoussent les annonces importantes à l’année prochaine, car ce sera une année électorale, a affirmé Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga). Pendant ce temps, de 2006 à 2013, près de 45 000 logements sociaux ont été affectés par la fin des ententes sur le logement social et le montant a été considéré par le gouvernement comme des économies. En refusant de s’engager à renouveler le financement au logement social, c’est 14000 ménages de plus qui verront leur loyer doubler ou même tripler en 2014, par l’inaction des conservateurs. C’est tout à fait inacceptable. »

Dans son budget, M. Flaherty revient aussi à la charge avec son projet de changer unilatéralement la vocation de la SPLI vers une approche axée sur le « logement d’abord », ce qui aura un effet considérable sur les services offerts aux personnes itinérantes.

« J’ai demandé à plusieurs reprises au gouvernement de considérer les priorités et les particularités des provinces en matière d’itinérance, parce que je considère qu’elles doivent être respectées et consultées. Je m’attendais au moins à avoir une annonce à cet effet, mais je dois encore une fois constater que la lutte à l’itinérance est en bas de la liste de priorités des conservateurs », a ajouté la députée.

Mme Boutin-Sweet s’est aussi dite déçue qu’aucune annonce n’ait encore été faite en ce qui concerne les critères d’admissibilité au nouveau Fonds Chantiers Canada et s’inquiète d’une annonce tardive qui risquerait d’empêcher les municipalités de bénéficier de subventions pour la saison de la construction.

Finalement, la députée craint que l’annonce d'une consultation publique sur le cadre de l’impôt sur le revenu pour les organismes à but non lucratif (OBNL), ne soit qu'un autre moyen utilisé par le gouvernement conservateur pour mettre des bâtons dans les roues aux organismes ayant des positions opposées aux siennes.

– 30 –