LA HAUSSE DE L’ÂGE D’ADMISSIBILITÉ À LA SV AURA DE GRAVES CONSÉQUENCES SUR LES AÎNÉS

Un nouveau rapport du NPD démontre que davantage d’aînés seront entraînés dans la pauvreté

OTTAWA – Un nouveau rapport produit par le NPD démontre qu’une hausse de l’âge d’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti de 65 à 67 ans entraînerait davantage d’aînés dans la pauvreté.

C’est pourquoi la porte-parole pour les pensions, Irene Mathyssen a présenté une motion hier pour demander à la Chambre de rejeter le projet des conservateurs de faire passer l’âge d’admissibilité de 65 à 67 ans.

« Jusqu’à 95 000 récents retraités tomberaient dans la pauvreté aujourd’hui sans la SV et le SRG. Le taux de pauvreté de ces aînés augmenterait, passant de 6 à 25 pour cent », a déclaré Mme Mathyssen.

Selon le rapport, la SV et le SRG représentent la moitié des revenus de près de 30 pour cent des aînés. Le nombre augmente à 38 pour cent pour les femmes.

« Les femmes seront les plus durement touchées par les changements que les conservateurs veulent faire. Ils oublient que pour certains aînés, ces programmes sont leur unique source de revenus. Les conservateurs laissent tomber nos aînés pour financer leurs priorités malavisées », a pour sa part dénoncé la porte-parole pour les aînés, Lysane Blanchette-Lamothe.

Le NPD va se battre pour forcer les conservateurs à renoncer à couper dans la SV et le SRG. De nombreux experts, ainsi que le directeur parlementaire du budget, ont affirmé que le programme est viable à long terme.

-30-

Pour plus de renseignements :

Youssef Amane, attaché de presse du caucus, 613-222-6993 ou youssef.amane@parl.gc.ca