ITINÉRANCE : LA DÉPUTÉE MARJOLAINE BOUTIN-SWEET SE JOINT À MARIE-CLAUDE MORIN POUR DÉNONCER L’INACTION DES CONSERVATEURS

Il est inacceptable que le budget alloué à la lutte contre l’itinérance soit gelé depuis cinq ans

MONTRÉAL — La députée néodémocrate d’Hochelaga, Marjolaine Boutin-Sweet et la porte-parole de l’opposition officielle en matière de logement, Marie-Claude Morin, ont dénoncé aujourd’hui l’inaction du gouvernement conservateur face au phénomène de l’itinérance.

« Il est inacceptable que tant de personnes vivent dans la précarité et ce, malgré tous les efforts déployés par les groupes communautaires, affirme Mme Boutin-Sweet. Devant l’augmentation des demandes d’aide, nous nous devons de supporter davantage ces organismes en leur donnant les moyens de remplir leur mission. »

Selon un estimé fédéral, 150 000 personnes étaient en situation d’itinérance au Canada en 2006. La situation, loin de s’améliorer, suit une tendance à la hausse un peu partout au pays : À Montréal seulement, il y a eu 59 764 nuitées offertes par les refuges pendant l’hiver 2010-2011, soit 16,9% de plus qu’à l’hiver 2007-2008. Or, le budget alloué à la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) n’a pas été augmenté depuis cinq ans.

« Alors que le financement de la SPLI stagne, les organismes luttant contre le phénomène de l’itinérance au Québec sont aujourd’hui confrontés à une affluence en forte hausse, déplore Mme Morin. Les conservateurs doivent sortir leur tête du sable et agir dès maintenant pour affronter le problème. »

La députée Boutin-Sweet indique que ces organismes ont besoin d’un financement adéquat s’ils veulent agir efficacement. Le NPD croit qu’il est rentable socialement et économiquement d’investir dans la lutte contre l’itinérance. Un citoyen qui se retrouve à la rue fréquentera plus souvent les hôpitaux que le reste de la population, en plus de ne pas participer à la croissance de l’économie canadienne et d’être plus à risque de se retrouver dans des imbroglios judiciaires.

Question de passer de la parole aux actes, la députée d’Hochelaga a participé aujourd’hui à une conférence de presse organisée à Montréal, afin de rappeler au gouvernement ses responsabilités en matière de lutte contre l’itinérance. « Je suis ici pour passer le message que dans une société riche comme la nôtre, nous ne pouvons pas tolérer de laisser toutes ces personnes à la rue », condamne-t-elle. Plusieurs événements du genre ont eu lieu aujourd’hui un peu partout au Québec.

-30-

 Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
David Patry, attaché de presse, Service au caucus du Québec 514-238-8240 ou david.patry@parl.gc.ca