ITINÉRANCE ET FINANCEMENT FÉDÉRAL: MARJOLAINE BOUTIN-SWEET APPLAUDIT LES EFFORTS DU RAPSIM

MONTRÉAL -- La porte-parole de l’Opposition officielle en matière de logement, Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga), profite de la tenue de la marche organisée par le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) pour joindre une fois de plus sa voix aux organismes communautaires qui dénoncent le manque de financement fédéral en matière de logement.

«Au lieu de prendre une approche globale dans la lutte contre l’itinérance, les conservateurs ont choisi de mettre tous leurs oeufs dans le même panier et abandonnent de nombreux projets pertinents et efficaces sous prétexte qu’ils ne conviennent pas aux critères de Logement d’abord, a expliqué la députée néo-démocrate. En conséquence, plusieurs organismes qui offrent des services directs à la population verront une partie -- et pour certains la totalité -- de leur financement par Ottawa s’envoler en fumée.»

Le RAPSIM, qui organise l’évènement «A-t-on oublié les besoins de Montréal en matière de financement fédéral?», craint que les sommes versées par Ottawa soient loin d’être suffisantes pour combler les besoins des organismes communautaires sur le terrain.

«Non seulement les conservateurs ont-ils coupé des millions de dollars du budget de la SPLI, mais ils créent un climat défavorable pour les négociations avec le Québec en retardant la distribution de plus de 3 millions de dollars en fonds essentiels à Montréal et ailleurs au Québec, a ajouté Mme Boutin-Sweet. C’est une situation absolument intenable. Il est impératif que nos organismes communautaires reçoivent un financement stable et prévisible pour continuer leur travail essentiel.» 

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :

David Patry, Directeur des médias du Québec, 514-238-8240 ou david.patry@parl.gc.ca