Fermeture - Les 700 employés sidérés

27/01/2012 03h08 

Même si des rumeurs de coupes couraient au sein du personnel de Mabe Canada, jamais les quelque 700 employés de l'usine manufacturière de sécheuses n'auraient pu deviner l'issue de la rencontre avec la direction, hier.

« Vers 13 h, nous avons été convoqués à un meeting avec la consigne d'amener nos affaires pour la journée », raconte Nick DiVincenzo, à l'emploi de Mabe Canada depuis 1999.

La nouvelle est alors tombée comme un coup de masse : fermeture totale et définitive en 2014 de l'usine située dans Hochelaga-Maisonneuve.

« Autour de moi, c'était la surprise, affirme M. DiVincenzo. On entendait parler de coupures, mais personne ne croyait que ça fermerait. »

« Nous sommes sous le choc », rapporte François Duval, un cadre comptant 25 ans d'expérience.

La rentabilité incertaine de l'entreprise aurait été invoquée pour justifier la décision.

Près de la retraite, M. Duval avoue que la fermeture des portes de Mabe Canada l'affectera moins que certains collègues, dont l'ancienneté moyenne tournerait autour de « 20 et 25 ans ».

Encore trop frais

Plusieurs travailleurs rencontrés à leur sortie de l'usine ont mentionné leur « sur prise » et leur « déception ».

Le délai de deux ans avant la cessation complète des activités laisse au moins le temps d'accuser le coup. « C'est dommage pour tous ceux qui perdent leur emploi, mais au moins nous aurons le temps de nous revirer », a laissé tomber un homme qui préférait garder l'anonymat.

Marjolaine Boutin-Sweet, députée fédérale du NPD dans la circonscription d'Hochelaga, a déploré cette « autre tuile qui tombe sur la tête de l'industrie » et cette nouvelle « dramatique pour le coin ».