Famille immigrante de Hochelaga-Maisonneuve séparée: Boutin-Sweet demande à Ottawa d’intervenir

QuartierHochelaga | Par Anne-Marie Provost

La député d’Hochelaga Marjolaine Boutin-Sweet demande au ministre de l’immigration Chris Alexander d’utiliser son pouvoir discrétionnaire pour réunir une famille séparée.

La famille, d’origine mexicaine et résidant dans Hochelaga-Maisonneuve, a été séparée suite à la déportation de la mère et de ses trois enfants en avril dernier, laissant le père et un autre enfant à Montréal.

«Les gens au ministère de l’immigration se sont basés sur de procédures administratives et n’ont pas pris en compte le côté humain.», critique la député, qui affirme que la déportation aurait pu être évitée.

La mère en question, Enet Hernandez, est arrivée au Québec il y a quelques années en demandant le statut de réfugiée se disant victime de violence conjugale au Mexique et craignant pour sa vie. Au Québec, elle s’est mariée avec un homme d’origine mexicaine, Leopoldo Granados, avec qui elle a eu deux enfants.

La demande de réfugié de Madame Hernandez a été refusée en Cour et en appel. Un juge s’est ensuite prononcé sur les risques qu’encourait Madame Hernandez si elle retournait au Mexique. Il a déterminé qu’il n’y avait pas de risques pour sa vie, disant que l’État mexicain était en mesure de la défendre face à la violence de son ancien conjoint.

«Je suis préoccupée par la sécurité d’Enet en raison de la violence au Mexique. Je suis également inquiet pour nos deux tout-petits, car Enet vit maintenant très près de la personne violente qui la frappait.», affirme Leopoldo Granados.Le père avait entamé un processus de parrainage envers sa femme, qu’il doit recommencer à nouveau suite à la déportation de celle-ci. Le processus de réunification familiale pourrait donc prendre plusieurs années.

Marjolaine Boutin-Sweet déplore un manque de communication au sein d’Immigration Canada et entre le ministère de l’immigration et le ministère de la sécurité publique. «Je me désole de constater que ce drame familial aurait pu être évité si la main droite parlait avec la main gauche.», déclare la députée.

Elle souhaite que le ministre Alexander fasse réouvrir le dossier de parainage de M. Granados où il était rendu dans le processus avant la déportation, pour accélérer la réunification de la famille.

La communauté latino-américaine a de son côté mis sur pied une pétition afin de demander le retour d’Enet et de ses enfants au pays. Une version en ligne sera bientôt disponible. Elle sera envoyée à Chris Alexander, nouveau ministre responsable du dossier de l’immigration du Canada.