Des choix budgétaires au détriment des organismes communautaires

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve | Par Steve Caron

Le nouveau budget du gouvernement fédéral comprend plusieurs coupes qui risquent de laisser des traces à bien des organismes communautaires, dont ceux de Hochelaga-Maisonneuve.

Avec les nouvelles orientations du gouvernement Harper, bien des organismes communautaires devront en faire plus avec moins de moyens à leur disposition, estime Marjolaine Boutin-Sweet, députée de Hochelaga.

Ce sera notamment le cas pour les groupes oeuvrant à la lutte contre l'itinérance . Le gouvernement a renouvelé la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI), mais en a réduit le financement.

Les sommes consacrées à ce programme passeront de 134,8 M$ à 119 M$. Les organismes communautaires devront absorber cette baisse.

Le changement d'orientation du programme a également des répercussions. En mettant l'accent de la problématique de l'itinérance à la seule question du logement, le gouvernement Harper ne tient pas compte des problèmes de consommation de stupéfiants, de santé mentale, de narcoprostitution qui peuvent y être juxtaposés.

Concrètement, cela signifie que plusieurs organismes, dont L'Anonyme par exemple qui dessert notre quartier, ou les maisons d'hébergement qui accueillent des sans-abris auront de la difficulté à obtenir du financement pour l'embauche d'intervenants. Des ressources pourtant essentielles, déplore Mme Boutin-Sweet.

« Je ne ferai pas comme si le contenu du budget me surprend. Je ne ferai pas semblant d'avoir cru un seul instant que pour les conservateurs le logement et l'itinérance sont des enjeux prioritaires. Il faut éviter que les organismes qui ne tombent plus dans les priorités gouvernementales perdent leurs subventions, car ils effectuent un travail essentiel. »

Pour la députée, le désengagement du fédéral dans le financement du logement social est une autre aberration. Le gouvernement réduit de 23,3 M$ le budget de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Les coopératives d'habitation dont les hypothèques arrivent à échéance auront du mal à boucler leur budget sans le coup de pouce du fédéral.

« Les coopératives risquent de devoir hausser le coût de leur logement et ce sont les locataires qui en feront les frais. Quand on sait que ceux-ci ont des moyens financiers limités, les choix seront douloureux entre payer leur loyer et couper dans la nourriture ou les médicaments.

« Espérons que les bâtiments sont en bon état et qu'ils n'auront pas besoin de réfection, car sinon qui en assumera les coûts? » se questionne l'élue fédérale.

En matière de formation de la main-d'œuvre et la création d'emplois, Mme Boutin-Sweet n'est pas très optimiste, malgré les intentions gouvernementales d'améliorer sa performance dans ce domaine.

« Le ministère des Ressources humaines subira encore des coupes importantes. Le gouvernement détruit les efforts de plusieurs organismes qui tentent de raccrocher les personnes éloignées du marché du travail. Le cas de la fermeture des Ateliers Bon Débarras du Carrefour jeunesse emploi Hochelaga-Maisonneuve en est un bel exemple. »

Les organismes communautaires que nous avons tenté de joindre pour commenter le budget fédéral ont refusé de se prononcer.