Déclaration à la Chambre des communes, le 9 décembre 2011, concernant l'itinérance

Mme Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga, NPD):  Monsieur le Président, j'aimerais attirer votre attention sur un groupe de personnes. On les voit souvent dans la rue, mais on fait tout son possible pour les ignorer: les gens qui sont sans abri.

À cause des crises économiques et des pertes d'emplois, ils sont de plus en plus nombreux. Cet été, les refuges étaient occupés à 90 p. 100, du jamais vu. On imagine ce que ça doit être maintenant que l'hiver est arrivé. Et le phénomène ne se trouve pas seulement dans les centres-villes; les cas d'itinérance sont de plus en plus nombreux dans ma circonscription d'Hochelaga, située à environ 5 km du centre-ville de Montréal.

Malgré cette explosion des besoins, les budgets du fédéral sont du tiers de ce qu'ils devraient être. Plusieurs programmes essentiels se sont vu refuser de l'aide. Le Cap Saint-Barnabé dans Hochelaga, par exemple, a besoin de plus de soutien. Il faut faire face à ce qui devient rapidement une situation d'urgence en débloquant maintenant des fonds pour les groupes communautaires.

Voici ma suggestion aux députés du gouvernement: la prochaine fois qu'ils rencontreront un homme ou une femme sans abri, qu'ils les regardent dans les yeux, ils vont mieux comprendre.