Déclaration à la Chambre des communes le 19 septembre 2011, concernant le Wapikoni mobile

Mme Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga, NPD): Monsieur le Président, j'aimerais parler d'un projet qui roule bien depuis sept ans, le Wapikoni mobile: deux studios ambulants qui, chaque année, visitent plus d'une douzaine de villages des premières nations.

Jusqu'ici, 2 000 jeunes ont appris à créer et à produire des films et pièces musicales, mais surtout à développer des compétences de base, des compétences de vie, et je dirais même de survie.

Ce programme vise des jeunes en détresse qui sont difficilement rejoignables de façon plus traditionnelle: des jeunes en proie au décrochage scolaire, à la toxicomanie et au suicide.

Le Wapikoni mobile leur redonne confiance en eux et le goût d'apprendre, et les aide à raccrocher pour qu'ils puissent ensuite mieux s'intégrer dans le monde du travail.

Les preuves sont là: création d'emplois locaux et 44 prix canadiens et internationaux. De plus, ces oeuvres contemporaines aident à faire tomber des stéréotypes et à faire connaître les cultures autochtones partout au pays et dans le monde entier.

Longue vie au Wapikoni, malgré les coupes récentes et inattendues du programme.