BUDGET 2017 : LE NPD DEMEURE PRUDENT SUR LES ANNONCES EN LOGEMENT

OTTAWA — Le NPD accueille d’un œil favorable, mais sceptique, les nouveaux investissements promis dans le budget 2017 en matière de logement. Le plan des libéraux comprend un large éventail d’annonces, mais devant le nombre de promesses brisées depuis le début de leur mandat, la porte-parole en matière de logement, Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga), demeure sur ses gardes.

«  11 milliards de dollars sur 11 ans, c’est un beau gros chiffre, mais quand on regarde le détail, dans les faits, 90 % du montant sera dépensé après la prochaine élection. La crise du logement n’attendra pas la prochaine élection, elle. Nous avons besoin d’argent neuf maintenant pour ouvrir les chantiers », insiste la députée néo-démocrate.

Au Canada, 1,5 millions de ménages ont actuellement des besoins impérieux de logement, les listes d’attentes pour un logement social atteignent des sommets inégalés et le parc de logements sociaux est en décrépitude. Or, le budget annoncé ne prévoit rien pour cette année et seulement 10 millions l’année prochaine.

« Que voulez-vous construire avec 10 millions? On organise un concours ou un tirage au sort pour savoir quelle ville accueillera le nouveau triplex de logement social sur son territoire? Pourquoi le budget ne propose-t-il rien pour aider dès maintenant les plus mal logés au pays? », s’interroge la députée.

Le nouveau Fonds national en logement doté d’une enveloppe de 5 milliards de dollars apparaît comme un outil intéressant dont le gouvernement fédéral se dote. Toutefois, aucune somme n’est explicitement dédiée au secteur du logement social et communautaire ou à la construction de nouvelles unités. Le budget 2017 conserve au contraire un langage alambiqué pour parler de logement dit « abordable ».

« Il faudra encore attendre le lancement de la Stratégie pancanadienne en logement pour connaître la répartition des investissements, parce que pour l’instant, on demeure dans le floue. Ce n’est pas clair », soutient Marjolaine Boutin-Sweet.

La porte-parole en matière de logement souligne également l’absence de directives claires concernant la construction et la rénovation éco-énergétique. Victime de son succès, rappelons que le programme ÉcoÉnergie avait été abandonné par le précédent gouvernement conservateur. La députée d’Hochelaga note que les libéraux ont manqué une bonne occasion d’envoyer un signal fort pour stimuler la création d’emplois dans le secteur de la construction résidentielle, aider les familles moins nanties à baisser leurs factures d’énergie et lutter contre les changements climatiques.

– 30 –