Boutin-Sweet continue le combat

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve, page 5 | Par Audrey Gauthier

Satisfaite de la dernière année, la députée fédérale de Hochelaga, Marjolaine Boutin-Sweet annonce qu’elle va continuer de se battre en 2014, pour tenter de faire changer les choses.

Parmi les dossiers qu’elle va continuer de défendre, elle souligne celui du logement social. Les ententes entre des groupes d’habitation et la Société canadienne d’hypothèque et de logement arrivent à terme et au moins 50 % auraient encore besoin de subventions, explique-t-elle.

« Il faut qu’on fasse quelque chose. On a vu des gens quitter leur logement. Une famille a vu son loyer passer de 400 $ à 900 $ par mois et elle vit dans une coopérative. Que va-t-il arriver à tous ces gens? Comment veux-tu habiller ta famille si plus de 50 % de tes revenus passent dans ton appartement? Il faut informer les gens et trouver des solutions », affirme Mme Boutin-Sweet.

L’élue fédérale œuvre aussi à convaincre les conservateurs de changer leur orientation pour ce qui a trait à la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI).

« Les mauvaises nouvelles sont que le budget a été coupé et qu’ils ont décidé de mettre tous leurs œufs dans le même panier. Si tu n’es pas un fournisseur de logement, comme les Auberges du cœur ou l’Anonyme, tu auras moins ou pas de subvention. Il y a de l’argent qui doit aller à la prévention. Tout est à court terme dans l’approche du gouvernement conservateur. Il coupe 1 $, mais il ne voit pas qu’à long terme, elle te rapporte vraiment 1,40 $.

« Mon équipe a beaucoup travaillé avec les gens de Dopamine pour le transfert de leur bureau. Ils ont profité d’une subvention de la SPLI. Avec la nouvelle orientation, leurs services et leur personnel pourraient diminuer. C’est illogique », soutient-elle.

En plus d’oeuvrer dans ces dossiers, Mme Boutin-Sweet est aussi membre du comité qui lutte contre le vandalisme à Hochelaga-Maisonneuve. Ce regroupement de divers élus et intervenants du milieu a eu sa première rencontre au cours du mois de janvier.

« Il y a des problèmes. Je veux qu’on ait tous les sons de cloche, que tous soient entendus. Il faut savoir quelles sont les plaintes des gens. Il faut y aller en profondeur et ainsi, on pourra régler la situation », mentionne-t-elle.

 

Source: http://www.nouvelleshochelagamaisonneuve.com/Vie-de-quartier/2014-01-16/article-3579056/Boutin-Sweet-continue-le-combat/1