Boutin-sweet au cabinet fantôme de Thomas Mulcair

Nouvelles Hochelaga-Maisonneuve, publié le 5 juin 2012, page 5
Par Steve Caron
La députée néodémocrate de Hochelaga, Marjolaine Boutin-Sweet, prend du galon. Elle occupe la fonction de critique de l’opposition officielle en matière de logement au sein du cabinet fantôme de son chef, Thomas Mulcair.
En plus de cette nouvelle responsabilité, la députée conserve son rôle de porte-parole adjointe en matière de ressources humaines et de développement des compétences.
Pour celle qui appuyait Peggy Nash dans la course à la direction du Nouveau parti démocratique (NPD), la décision de M. Mulcair de lui confier un rôle important est une très belle marque de confiance.
« Lorsqu’il m’a annoncé la nouvelle, il m’a dit que j’avais fait du bon boulot, que j’avais fait mes preuves et que je travaillais fort. Je n’avais aucune attente particulière, alors j’étais très heureuse », se rappelle Mme Boutin-Sweet.
Cette dernière est d’autant plus heureuse que le dossier du logement en est un qui touche particulièrement sa circonscription.

« Il y a un manque criant de mesures significatives pour répondre aux nombreux besoins. Les enjeux sont importants et il y a des luttes à mener pour améliorer la situation. »
Plusieurs coopératives doivent renégocier leur convention avec le gouvernement fédéral. La députée anticipe des discussions ardues. Elle veut s’assurer que les sommes nécessaires soient au rendez-vous pour que le parc immobilier demeure en bon état.
« Les coopératives construites il y a 30 ans doivent bénéficier des sommes nécessaires pour maintenir l’état de leur bâtiment. On ne peut les laisser assumer entièrement le coût des travaux de rénovation. Le gouvernement doit faire sa part. »
Mme Boutin-Sweet aura également les conservateurs à l’oeil sur les questions touchant les ressources humaines et le développement des compétences.
« Ils opèrent à contresens et préfèrent sabrer les programmes plutôt que de proposer des solutions innovatrices. Je vais m’assurer qu’ils répondent de leurs actes. »