APRÈS 5 ANS D’OBSTRUCTION, LES CONSERVATEURS DE STEPHEN HARPER PLAIDENT COUPABLE D’AVOIR ENFREINT LA LOI ÉLECTORALE

Nycole Turmel demande au  chef des conservateurs de s’excuser et de s’expliquer auprès des Canadiens

OTTAWA – Après cinq ans, les conservateurs de Stephen Harper ont aujourd’hui finalement reconnu qu’ils étaient coupables d’avoir enfreint la loi électorale canadienne. Même si 4 conservateurs ont réussi à éviter de devoir rendre des comptes, la chef du NPD Nycole Turmel soutien que Stephen Harper doit quant à lui assumer ses responsabilités. Elle lui a demandé de fournir des explications quant aux activités illégales de son parti.

« Pendant cinq ans les conservateurs ont fait attendre les Canadiens et les ont induit en erreur en prétendant qu’ils n’avaient pas commis d’action répréhensible. Aujourd’hui, forcés de répondre aux critiques, ils ont finalement reconnu avoir enfreint la loi. Il est maintenant temps pour Stephen Harper de s’excuser auprès des Canadiens pour les actes commis par les conservateurs durant la campagne électorale de 2006, et de reconnaître sa responsabilité dans cette infraction de la loi électorale. »

Des membres de haut rang du Parti conservateur ont été accusé d’avoir détourné 1,3 millions $ destinés à la campagne publicitaire nationale du parti et de les avoir utilisés pour financer 67 campagnes publicitaires locales en circonscription durant les élections de 2006, dépassant ainsi le plafond de dépenses autorisé. Aujourd’hui, le Parti conservateur a conclu une entente à l’amiable selon laquelle il a reconnu sa culpabilité en échange de l’abandon des poursuites contre de hauts dirigeants conservateurs.

« Le NPD a été très clair : la politique canadienne ne doit pas être une histoire de gros sous. C’est pourquoi ces lois ont été adoptées », a expliqué Mme Turmel. « Les conservateurs ont fait pencher la balance en leur faveur en dépensant davantage que ce qui était légalement autorisé au cours de leur campagne électorale afin de faire élire Stephen Harper. C’est inacceptable. Cela met notre démocratie en péril. Et Stephen Harper doit rendre des comptes.”

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Karl Bélanger, attaché de presse principal, 613-720-6463 ou Karl.Belanger@parl.gc.ca